Catégorie
Témoignage
Date

Moniteur de ski, un emploi emballant pour transmettre son amour de l’hiver… et des gens

Description
Le CQRHT a échangé avec trois moniteurs de ski pour qui ce sport est au cœur de leur vie. Si chacun a un parcours différent, une chose les unit : leur amour de la montagne et des sports de glisse. Découvrez des passionnés de ce métier saisonnier pour lequel il faut avoir du plaisir à travailler à l’extérieur, être en bonne forme, et surtout, avoir des aptitudes de pédagogue.
Image
Melanie Ouellet
Contenus flexibles
Contenu

 

Mélanie Ouellet
Monitrice de ski au Mont-Orford

Son parcours professionnel

Mélanie est presque née avec des skis au pied. Dès ses 14 ans, elle suit une formation pour devenir prémonitrice de ski, et monitrice l’année suivante. Elle vise à obtenir cet hiver le niveau 4, soit le plus haut niveau pour un moniteur. Aujourd’hui, elle est très fière d’avoir la chance d’apprendre son sport à une foule de clientèle, mais surtout aux enfants. 

Son mode de vie

Si elle chausse ses bottes de ski chaque fin de semaine de l’hiver, elle le fait beaucoup pour enseigner ou pour améliorer sans cesse son ski. « J’ai la chance de passer tous les weekends de l’hiver avec des gens qui ont la même passion que moi. Je me suis créé des amitiés incroyables grâce à ça. »

Ce qui lui plaît dans son métier 

« J’ai beaucoup de satisfaction personnelle à voir mes élèves progresser. Par exemple, quand tu vois un skieur qui a vraiment peur de la glace, et qu’à la fin du cours, il n’a plus peur. De savoir que mes efforts et mes explications, avec les exercices que j’ai fait faire, lui ont permis de s’améliorer, ça me rend très fière. »

Image
Melanie Ouellet
Image
Michel Carrier
Contenu

Michel Carrier
Moniteur de ski au Mont-Ste-Anne

Son parcours professionnel

Michel a pratiqué le ski toute sa vie comme passe-temps. Maintenant retraité, il a décidé d’atteindre un nouvel objectif : devenir moniteur de ski. Grâce à son expérience en enseignement et en coaching, il peut transmettre sa passion à une nouvelle génération. « Dans l’enseignement, il ne faut pas vouloir en faire trop. Durant un seul cours, on peut améliorer une ou deux choses chez notre élève. On doit cibler ce qui sera le plus efficace pour ce skieur, pour qu’il progresse rapidement et qu’il garde le plaisir de skier. »

Sa journée type

Tôt le matin, il skie seul ou avec d’autres moniteurs. Par la suite, il donne un ou deux cours privés. Après quatre heures de cours sur les pistes, sa journée est bien remplie, surtout lors de temps très froid.  

Ce qui lui plaît dans son métier

Pour Michel, le ski est une façon de se garder en forme, mais l’enseigner lui sert à un autre niveau. « Dans ma carrière, j’ai toujours été dans une certaine compétition : dans le milieu des affaires, dans le sport. Maintenant que je suis retraité, enseigner le ski me garde allumé. »

Contenu

Philippe Garneau
Moniteur de ski au Mont-Ste-Anne

Son parcours professionnel

S’il skie depuis son enfance, ce n’est que vers la fin de sa trentaine que Philippe est devenu moniteur. Avec sa conjointe de l’époque, il décide de suivre la formation pour partager sa passion, mais aussi pour élargir ses horizons. 

Son mode de vie

Aujourd’hui moniteur de niveau 3, Philippe a une vie professionnelle bien remplie à l’extérieur de la montagne. Le ski et son emploi de moniteur à temps partiel lui permettent de se réaliser autrement, tout en lui servant d’exutoire à la réalité de bureau.

Ce qui lui plaît dans son métier

Si Philippe adore partager son amour du ski, il a beaucoup de plaisir à échanger avec les gens à qui il enseigne. « Avec la clientèle internationale de la montagne, je rencontre des gens de partout et de tous les milieux. J’ai la chance de leur partager ma passion pour le ski, mais aussi de leur faire connaître ma ville et de leur recommander de bonnes adresses, par exemple. » Il avoue apprécier aussi les cliniques d’amélioration réservées aux moniteurs. « On n’arrête jamais la progression, comme tout sportif de haut calibre. On améliore constamment notre ski, peu importe notre niveau. C’est un avantage de mon métier que j’aime beaucoup. »

Image
Philippe Garneau
Contenu

Plus que le ski : le contact humain

Tous sont d’accord : la passion est la motivation première pour devenir moniteur de ski ou de planche à neige. Ensuite, on doit avoir un amour des gens et l’envie de leur enseigner, en toute sécurité. Les clientèles variées des stations de ski sont d’ailleurs autant d’inspirations différentes pour les moniteurs. Des cours privés ou de groupes peuvent être offerts autant à de jeunes enfants débutants qu’à des experts qui veulent perfectionner leur technique. 

Leurs conseils pour un futur moniteur de ski ou de planche à neige :

  • Soyez un bon communicateur. Il faut aimer le contact avec le public et partager ses connaissances, car être passionné de glisse ne suffit pas.
  • Ne sous-estimez pas l’investissement de temps que représente un emploi de moniteur. Il faut être à la montagne toutes les fins de semaine de l’hiver, et souvent pendant le congé des fêtes.
  • Profitez de votre statut de moniteur pour améliorer constamment votre technique de ski ou de planche à neige, grâce aux formations offertes par votre employeur.
  • Partagez votre expérience et entraidez-vous avec les autres moniteurs. Sur la montagne, vous ferez partie d’un groupe, vous développerez un sentiment d’appartenance fort.
  • Gardez-vous en bonne forme. C’est très exigeant de combattre les éléments, comme le froid, le vent et la neige, tout en enseignant.

Pour en savoir plus sur les conditions d’emploi, consultez les fiches métier disponibles.

Est-ce un métier qui vous plaît ?